Mad Max : Fury Road est un film post apocalyptique sorti en 2015. Il à été réalisé par George Miller, qui est l’auteur du premier Mad Max (de 1979). Avec Charlize Theron, Tom Hardy, Nicolas Hoult (Warm Body, X men) et Zoë Kravitz (X men).

Résumé

Dans un monde détruit par des guerres atomiques et réduit à une succession de déserts, chacun doit puiser en lui pour survivre. C’est ce que fait Max (Tom Hardy) au détriment de sa santé mentale, jusqu’au jour où il est capturé par des hommes qui semblent encore plus dingues que lui. Malgré ses tentatives désespérées pour fuir, il devient la poche de sang vivante de Nux (Nicolas Hoult), un warboy. Bref, de fil en aiguille, il se retrouve embarqué à bord d’un camion/arme de guerre conduit par Furiosa (Charlize Theron) en route pour le lointain avec une cargaison un peu particulière. Manque de chance, celle-ci appartient à Immortan Joe, chef du groupe des vikings des autoroutes (celui dont max était prisonnier), et il prend aussi la route, suivit de ses fidèles psychopathes motorisés, pour récupérer ce qui est à lui. max-encore

Super

Tout d’abord, le film est incroyable esthétiquement parlant. Tout les plans sont des tableaux sacrés, où les couleurs et les teintes sont franches et brutales et dans tous les cas hypnotiques et envoutantes. Les scènes d’actions de la course poursuite géantes sont inventives, toujours pleines de surprises visuelles et très très dynamiques. Tout en étant très rapides et coupé, le film reste clair et compréhensible et trouve le temps de laisser la part belle à des moments de contemplation apocalyptiques sereins. La folie du début du film est traitée autant par l’image qui est saccadé ou accélérée que par le jeu des acteurs qui est excellent. Et si leur costume et leur chara-design les aide à aller dans ce sens, chaque comédien joue son rôle à fond, et on découvre un Nicolas Hoult impressionnant et surtout très convaincant dans son rôle de psychopathe scarifié. Tom Hardy à réussi un rendre son personnage très touchant ou très dingue/chelou/fou, voir même (à partir d’un moment donné) un petit peu poussin tout mimi (bon, moi, ça me plait). Le propos du film est dur certes ; des gens meurent, c’est la fin du monde tel qu’on l’a connu, il n’y a pas d’eau et pourtant, même si il donne à voir des choses vraiment dégueulasses, il ne tombe jamais dans le gore facile qui fait tâche. Et la couche d’absurde qui vient couvrir certaines scènes pourtant atroces permet d’édulcorer tranquillement l’horreur de la situation, sans pour autant l’étouffer ou le minimiser. Aussi, j’ai apprécié le peu d’explications faites par les personnages sur le scénario du film, qui n’en a pas besoin, ou sur leur passé, qui est juste évoqué par images pour le héros, ou sur le rôle du méchant, on a compris, merci, etc : Halte aux blablas rajoutés au cas où on est trop con pour comprendre. De toute façon, on ne quitte pas le film des yeux et on se laisse entrainer sur les autoroutes du Valhalla, de préférence dans le bolide de Furiosa et Max.

Dommage

On peut être étonné du scénario (qui tient sur un petit bout de papier), et du fait que l’action se cantonne presque essentiellement à la route (c’est une poursuite de voiture géante en somme). Et vers la fin du film, on perd un peu de la folie scintillante du début, ce qui nous ramène vers un film américain plus classique.

mad max  fury road happy.jpg

Mini ajout destiné à toi

Si un film comme ça te mets en joie, et que tu l’a adoré comme moi, et que plus largement le post apocalyptique te fait rêver (c’est vraiment étrange d’écrire ça), j’ai immédiatement pensé à quelques références, que je partage avec toi :

  • Borderland (1 et 2), jeux vidéo FPS/RPG post apocalyptiques barré et bien mis en scène avec des personnages haut en couleur.

psychoingame.jpg

  • Fallout (3 et 4 (je n’ai pas fait les autres)), jeux vidéo RPG (un peu FPS) magnifique et super génial (et prenant) dans lequel tu évolue dans un futur après guerre atomique (encore) avec goules, abris atomiques et année 50 du futur.

fallout

  • Ken le survivant, Manga (et animé) des années 80, mythique de part son doublage français, et inspiré sans rougir de Mad Max (celui de 1979).

ken le survivant.jpgCe n’est bien sur pas une liste exhaustive, mais c’est ce qui m’a sauté au cerveau en regardant Mad Max : Fury Road. Au passage, Ken le survivant mérite vraiment sa place au panthéon des animés de Dorothée qui n’étaient pas pour les enfants mais dont les voix française ont atténuées la violence.

soldat-fouSurvolté, coloré, avec pleins de vrouum vrouum pétaradants, voila un film ultra punchy qui réveillera même Mamie Jacqueline (bon, pas sur qu’elle aime par contre). Vraiment, mais vraiment beaucoup, j’ai AIMÉ : Mad Max : Fury Road.

 

4 Replies to “J’ai AIMÉ : Mad Max : Fury Road”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.