The Elder Scrolls V : Skyrim est un RPG sorti en 2011 et édité par Bethesda.

Histoire

enfantdedragon

Bordeciel est divisé entre les races, les conflits entre partisans de l’Empire et les Sombrages, et en plus, des dragons, pourtant morts depuis des années, se réveillent pour tout détruire sur leur passage. Vous, vous êtes l’élu, un enfant de dragon qui peut apprendre le Thu’um et vaincre les dragons, alors malgré vous, vous vous retrouvez lié au destin du monde (mais don’t worry, vous pourrez cueillir des fleurs sur la route).

On fait quoi ?

En fait, c’est vous qui construisez votre histoire au delà de celle proposée par le jeu qui reste une base. Que vous soyez une forte et fière guerrière nordique, un frêle mais puissant magicien bréton, une elfe noire discrète et taciturne devenue maitresse dans l’art du vol ; créez votre personnage et vivez sa vie. Skyrim est peut-être un RPG mais surtout un jeu « bac à sable » qui vous permettra de faire presque tout ce que vous voulez : 1 – faire partie d’une guilde, 2 – créer vos armures ou vêtements, 3 – vous marier, 4 – cueillir des plantes, 5 – faire à manger, 6 – enchanter des objets/armes/armures, 7 – tuer des dragons/bandits/sombrages/gentils/méchants, 8 – acheter une maison, 9 – explorer le monde, 10 – et encore plein de choses (plein).

dragoncombat

On aime

La liberté de ce jeu est juste énorme, et ça on aime forcément (pour peu qu’on y soit sensible un peu à la base) ! On peux tout visiter, on peut être qui on veut, on peut tout imaginer. Et le point qui arrive en parallèle avec la liberté offerte, c’est le background du jeu qui est juste énorme ! Si l’on est pas tenu de suivre l’histoire du jeu (pour ma part, je ne l’ai jamais « finie », pourtant j’ai bien joué 300 heures), on est émerveillé par cet univers unique. Chaque livre peut être lu, parfois racontant une histoire, parfois parlant d’une guilde, parfois d’un lieu secret à découvrir. Les personnages rencontrés peuvent nous en dire plus sur la politique, ou ce qu’il se passe dans le monde, ou sur leur femme/mari qui est une vraie plaie. D’une manière générale, le jeu semble exister sans nous, les habitants ont l’air d’être vraiment occupés et de travailler. Je dirais plus largement que tout ce qui est dans la section « On fait quoi ? » de cet article pourrait être copié collé dans « On aime« . Ah oui aussi, la musique est super géniale, et finira par vous rester en tête et le jeu est trop beau avec ses paysages variés et son ciel étoilé (encore plus avec des mods).

On aime moins

Si cette liberté dont j’ai parlé peut être une source de joie pour certains, d’autres se retrouveront totalement perdus dans cet univers immensetout est possible. Ensuite, le jeu est arrivé vraiment très bugué, et même si c’est moins le cas aujourd’hui (sur console), ça reste quand même un point faible de taille, surtout si on n’a pas envie de bidouiller les mods. On pourrait trouver aussi plusieurs points à améliorer, mais on se rappelle en même temps que le jeu est sorti en 2011, et qu’on peut pas non plus trop en demander et puisque la plupart des points faibles du jeu peuvent être corrigés par les mods, je ne vais pas les citer tous et passer directement à la suite.

map

Les mods : Ouuuuuh Yeaaaah !

Skyrim est un jeu très très moddé. Il offre une telle base de possibilité qu’il a inspiré des joueurs du monde entier qui ont imaginé pour lui ce dont vous n’auriez jamais rêvé. Des – vêtements/armures retravaillés, – des graphismes plus beaux et plus lisses, – une histoire différente, – des coiffures par milier, – un inventaire réinventé et j’en passe. Le jeu s’améliore depuis des années grâce aux modifications apportées par la communauté. Par contre, modder Skyrim n’est pas si facile sur PC, et si ce n’est pas impossible, cela nécessite tout de même pas mal de patience et surtout un ordi qui « tourne ». Et bonne nouvelle, les nouvelles éditions console du jeu ont été pensées pour accueillir les mods à travers une interface simple d’utilisation, ouiii !

mod2

En gros

Skyrim est le jeu sur lequel vous revenez toujours, qui semble ne jamais devoir se terminer, auquel vous pensez encore alors que vous pensiez l’avoir oublié, et dont la musique vous revient en tête aux moments inopportuns.

4 Replies to “Viens jouer avec moi à Skyrim”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.