J’ai pas aimé : Les dents de la mer

Les dents de la mer est un film d’horreur réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1975.

Résumé

L’île d’Amity est une petite bourgade tranquille dans laquelle il fait bon vivre. En plus, l’été débute tout juste et avec lui son lot de touristes, baignades et festivals. Une nuit, une jeune fille se fait attraper par on se sait pas trop quoi et est emportée dans les profondeur de l’océan. Le lendemain, ses restes sont retrouvés et le nouveau chef de la police, Martin Brody conclue immédiatement à une attaque de requin. Il prend donc les mesures qui s’imposent et commence à fermer les plages, à peindre des panneaux « baignade interdite » et tout. Mais le conseil de la ville ne l’entend pas de cette oreille (saison touristique oblige), fait pression sur lui et parvient à le convaincre que « c’était rien, TKT ». Résultat : un enfant se fait dévorer (surprise, c’était bien un requin) quelques jours plus tard, sous le regard horrifié des vacanciers et habitants (et de la mère de la victime). Ce n’est que le début du carnage.

Gens qui courent.
Maintenant on écoute, hein ?

Ça c’était quand même cool

L’aspect vieillot du film est vraiment agréable à regarder pour qui aime ou est sensible à ces films d’époque et l’imagerie générale du film (si on enlève requins morts et bouts de gens) est géniale. Les dialogues sentent bons les années 80, les acteurs et leur jeu aussi. Le requin est vraiment flippant et bien fait, il a cette petite touche de « fait main » qui manque à nos films actuels et qui frôle le nanardesque sur certaines scènes (j’adore). La musique, devenue culte aujourd’hui, le reste pendant le visionnage (surtout au début en fait). Les passages en mode « seul au monde sur notre bateau » avec les trois héros sont frais et agréables à regarder, presque un peu surréalistes d’ailleurs.

héro
Le héro : savant mélange entre Stallone et Bishop (Alien).
mec-requin-bateau
En vrai, il fait flipper.

Et ça c’était caca caca

Mis à part le début du film, qui prend le temps de camper son propos et tout, la suite ressemble juste à une chasse au requin malaisante comme il faut, et je dois dire que je m’attendais pas du tout à ça. On frise même la tauromachie bien sanglante. Après, ce qui est sûr, c’est que c’était une autre époque, où il était moins considéré comme mal le fait de torturer un animal. Alors oui, je sais que le requin est le gros méchant du film, mais justement, je n’ai pas trouvé qu’il l’était assez pour justifier un tel acharnement de la part des protagonistes quant à sa chasse. Même le mec qui aime (soit disant) so much les requins qu’il en a fait son travail s’acharne comme un tebé pour tuer la bête (bon oui, elle est un peu malfaisante, c’est vrai). Finalement, j’aurais aimé que le requin gagne et j’ai été contente quand un certain capitaine mon capitaine se fait manger (même si la scène est un peu longue). Y’a vraiment qu’à la fin (fin) que j’ai senti l’urgence de tuer l’animal.

capitaine
Tu vas moins faire ton malin dans quelques heures.
requin chaud
Coucou.

En gros

Ce film qui a traumatisé nos parents est de ceux qui vieillissent à cause de la manière dont ils exploitent leur thème. Dans un monde actuel où il est courant de réduire sa consommation de viande, où la forêt amazonienne a obtenu un statut légal proche de celui d’un humain, où nos animaux de compagnie ont une mutuelle, c’est devenu dérangeant de regarder un requin (même un peu gros et mangeur d’hommes) se faire pister et trucider par 3 mecs aux motivations douteuses.

beachclosed

Après, je suis peut-être trop sensible aux sujet « yey on tue des animaux », mais c’est clair, j’ai pas aimé : Les dents de la mer.

2 thoughts on “J’ai pas aimé : Les dents de la mer

  1. J’ai AIMÉ : Jurassic Park – Lola partage des choses

    […] et très très crédibles également. En plus, et contrairement aux Dents de la mer dont je parlais ici, le propos du film est très actuel et universel et les niveaux de lectures sont multiples. […]

  2. Juillet, le mois où j’ai commencé à apprendre à jouer du Ukulélé (et où j’ai découvert Jane Austen) – Lola partage des choses

    […] Les dents de la mer par Steven Spielberg est ce film mythique qui a traumatisé nos parents. Et bien, il aurait fallut peut-être que je le regarde à l’époque. […]