J’ai AIMÉ : Pénélope (Conte moderne, prince charmant et imagerie à rêve)

Pénélope est un film réalisé par Mark Palansky en 2006. On peut notamment retrouver dans son casting : Christina Ricci (Mercredi dans La Famille Addams), James McAvoy (Charles-Xavier dans X-men), et Peter Dinklage (Tyrion dans Game Of Thrones).

Résumé

Pénélope Wilhern est de sang noble, et elle a tout pour être heureuse : elle vit dans un château, elle a des parents aimants et attentifs à son bien être, elle possède les premières éditions des livres qu’elle aime, et sa chambre est digne de celle d’une princesse. Il y a quand même un petit soucis dans son existence : c’est que son nez (qui devrait être adorable) est un groin de cochon depuis sa naissance, et la seule façon de devenir enfin elle-même et de rompre le charme, c’est de se marier avec un noble qui voudra bien d’elle.

cochon

Conte moderne

L’histoire nous est racontée directement par la voix off (qui est celle de l’héroïne) et commence sur une malédiction ancienne qui a frappé la famille Wilhern à cause de la mal-conduite d’un ancêtre. On a aussi : une princesse (en quelque sorte), une mère surprotectrice, un prince égoïste et peureux, un château mystérieux et faisant office de prison dorée, des « villageois », un méchant, un prince. Et à la fin (voire même un peu avant), une morale, une leçon de vie pour les personnages, mais aussi pour nous qui regardons. Si l’histoire se situe dans un contexte plus ou moins précis, il est très facile de faire déplacer les éléments de l’histoire pour les appliquer à n’importe qu’elle situation ressemblant.

tyrion

Prince charmant (spoiler)

Pénélope ne peut être délivrée de sa malédiction qu’en épousant un noble prince. Sa mère, qui souffre autant de la malédiction de sa fille qu’elle même, la prépare depuis des années à enfin être belle un jour, et à placer tous ses espoirs dans un autre. Alors les princes défilent et… S’enfuient à la vue du groin immonde (en vrai il est chou). Finalement, Pénélope après avoir commencé à prendre son destin en main, après avoir montré son visage au monde entier, refuse le mariage arrangé et décide de s’aimer comme elle est. Et POUF, la malédiction est rompue, son nez redevenant le joli mini nez de Christina Ricci. Déjà, il est à noter que, ENFIN, voici une histoire où l’héroïne se sauve elle même; et oui, elle trouve l’amour au passage car on n’est jamais un meilleur amoureux qu’en étant en paix avec soi même. C’est une bien belle morale, qui sous ses aspects culcul nous montre qu’il faut s’aimer soit même, prendre en main son destin, ne pas trop écouter sa mère, et que nous somme le/la seul/e à pouvoir nous sauver. N’attendons pas un potentiel prince charmant ou l’arrivée d’un élément extérieur salvateur.

queen and king

Imagerie à rêve

Pour ne rien gâcher, le film à son style à lui, avec décors somptueux et costumes originaux. L’univers de Pénélope est fourni en détail. Les acteurs ont des « gueules », et l’aspect étrange qui en ressort sert le conte qu’on nous raconte.

décordécor1

Voici un film à voir en famille, ou seul, un de ces film sont on ressort avec le cœur apaisé, parce que tout fini bien et qu’on sait qu’on peut y arriver.

J’ai AIMÉ : Pénélope.

1 Comment

  1. Juillet, le mois où j’ai commencé à apprendre à jouer du Ukulélé (et où j’ai découvert Jane Austen) – Lola partage des choses

    […] Pénélope par Mark Palansky (2006) est un film fantastique/réaliste à la morale féministe et enthousiasmante. […]

Leave A Comment