Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile est un film sorti en 2019 basé sur l’histoire vraie (mais surement un peu romancée) de Ted Bundy, célèbre tueur en série américain. Il est réalisé par Joe Berlinger.

Résumé

Le film retrace l’histoire des procès de Ted Bundy, tueur en série américain. Au travers de sa relation avec Elizabeth Kloepfer (sa petite amie « régulière »), le film nous donne à voir un homme énigmatique et malsain, mais indéniablement attachant.

rencontre.png

Belle brochette

Déjà, on est sur du lourd question casting. Zac Efron (High School Musical) dans le rôle du sociopathe Ted, il fallait y penser (pour moi c’était un acteur à midinettes version Walt Disney), et quand on a vu le film on se demande qui d’autre aurait pu incarner Ted tellement il joue juste. Je dois dire qu’il m’a vraiment impressionnée dans son interprétation toute en nuance du tueur.

zac Efron

Pour le reste, on a une Lily Collins (To the Bone) très touchante dans le rôle de Liz, la petite amie amoureuse et perdue, un John Malkovich (Liaisons dangereuses) qui se pose là en juge humain avant tout, et une Kaya Scodelario (Labyrinthe, Pirates des Caraïbes) que j’ai aimée découvrir autrement qu’en la jolie fille un-peu-forte-un-peu-fragile des autres films dans laquelle je l’ai vue (elle joue Carole Ann Boone, épouse de Ted et mère de leur enfant, oui.). Ah oui, et on a Sheld Jim Parsons (The Big Bang Theory), ce qui est toujours cool à regarder, même si, pour ma part, je peux pas m’empêcher de voir Sheldon Cooper.

Édulcoré et « à la mode »

Je crois qu’un des gros reproche qu’on peut faire au film c’est d’être ultra édulcoré et de donner à voir une version très Twilight/50 nuances de Grey des évènements.

Déjà, (et j’ai trouvé ça bien) : pas d’images gores ou choquantes, ni de détails trop horribles. Attention, l’histoire est choquante en soi, ça parle quand même d’un mec qui a tué des dizaines de femmes mais le film ne joue pas la carte du sordide en nous montrant plus que ce qu’on ne voudrait voir.

Mais surtout, la relation entre Liz et Ted est très probablement idéalisée. On sent que le but du film est de nous faire aimer ce personnage qu’on sait pourtant être un tueur en série, et que pour cela il n’hésite pas à nous montrer certaines facettes du personnage sans nous en faire voir d’autres. En fait, le film surfe à fond sur l’image à la mode du psychopathe/sociopathe charmant (Dexter, Bates Motel, Sherlock Holmes…) et donc nous donne à voir une version vraiment fantasmée de ce personnage (même si en effet, Ted Bundy était quelqu’un de calme et de charmant. ‘Fin vous voyez.).

Il est à noter que le film se regarde comme un film basé sur des faits réels, et non comme un documentaire historique et objectif, et en ça, c’est un bon film qui nous transporte, nous fait frissonner et nous épouvante (mais ne nous traumatise pas). Il a juste sa part de fiction, de choix scénaristiques, et il ne faut pas l’oublier.

ted petit dej

Fascination

Une chose est sûre, ce film à su retranscrire l’aspect de l’histoire qui est la raison de la célébrité et de l’engouement qu’il y a eu autour de cet homme qu’était Ted Bundy. Avant lui, point de tueurs en série. Ça n’existait tout bonnement pas dans la tête des gens. Le fait que l’affaire ait été autant médiatisée à l’époque, ce qui était une grande première, à aussi marqué un coup dans l’histoire des états unis, et ce n’est pas pour rien que les américains ont été traumatisés, fascinés et terrifiés par cette histoire.

Le film retranscrit bien cela, dans le sens où on s’attache au personnage de Ted Bundy. Il est jeune, charmant,  amusant et même très tendre avec Liz. En fait, on voudrait presque le croire quand il dit que tout cela n’est qu’un coup monté. On trouve même que Liz est injuste de ne pas lui répondre au téléphone ou de lui raccrocher au nez.

Bref, le film nous fait réfléchir et nous pousse à nous questionner et on ne sait pas trop comment se positionner. Car fantasmer sur un personnage de série comme Tate dans American Horror Story, ça va, c’est pas la vraie vie, on peut. Mais fantasmer sur Ted Bundy, sérieux ?!

En gros

Si vous voulez voir Zac Efron interpréter très très bien un tueur en série d’une manière qui va vous faire l’aimer quand même, regardez ce film.

Mais si vous vous intéressez à une version plus crédible et plus historique des évènements, regardez Ted Bundy : Autoportrait d’un tueur qui retrace un peu le parcours utilisé dans le film Extremely Wicked mais avec des vraies images issues des procès et des enregistrements cassettes.

Pour ma part, J’ai AIMÉ : Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile.

7 Replies to “J’ai AIMÉ : Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile”

  1. Je pense qu’ils ont voulu s’adresser à un public qui ne connaissait pas forcément l’histoire de Ted Bundy. Comme ça s’était passé à l’époque, les gens ne savaient pas car il réfutait tout ! Sinon, très bel article 👌

  2. bonjour, comment vas tu? merci de suivre mon blog. j’ai entendu parler de ce film, mais je ne l’ai pas vu. je en sais pas s’il me plairait. passe un bon lundi et à bientôt!

  3. Bonjour Lola, j’ai découvert ton blog par hasard et j’ai lu ton article sur Ted Bundy, très bel article, bien écrit je confirme, alors lavisduneophyte a raison, ce film sur le plus célèbre tueur en série des États-Unis est basé sur la relation qu’il entretenait avec sa petite amie et quand celle-ci apprend qu’elle a vécu avec un monstre l’acceptation est choquante. Je m’intéresse aux tueurs en série et si tu veux voir le premier film de Ted Bundy qui retrace son histoire, là on montre tout son modus operandi sur ces crimes, le titre c’est Ted Bundy, il date de 2003, tu trouveras la B.A sur Allociné. Voilà ツ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.